L’Algérie, cœur du Maghreb classique
 

Liens à parcourir

Pour aller plus loin…

- Colloque Pour une his­toire cri­ti­que et citoyenne. Le cas de l’his­toire franco-algé­rienne - Ecole nor­male supé­rieure Lettres et scien­ces humai­nes (20-22 juin 2006)

- Lire la pré­sen­ta­tion de de l’ouvrage Pour une his­toire franco-algé­rienne. En finir avec les pres­sions offi­ciel­les et les lob­bies de mémoire - Sous la direc­tion de Frédéric Abécassis et Gilbert Meynier, Editions La Découverte, Ecole nor­male supé­rieure Lettres et scien­ces humai­nes, Paris, avril 2008

L’his­toire de l’Algérie colo­niale sus­cite tou­jours des débats pas­sion­nés. La san­glante guerre d’indé­pen­dance algé­rienne (1954-1962) expli­que cette pas­sion, qu’on ne retrouve pas pour les autres ex-colo­nies fran­çai­ses : les mémoi­res bles­sées de ses acteurs mili­tai­res fran­çais, pieds-noirs, harkis, com­bat­tants du FLN… se bous­cu­lent encore dans un affron­te­ment d’his­toi­res sou­vent mythi­fiées, voire mys­ti­fiées, de part et d’autre de la Méditerranée. Comment en finir avec ce passé franco-algé­rien qui divise, com­ment cons­truire enfin une his­toire par­ta­gée pour affron­ter serei­ne­ment un pré­sent où ses traces sont si pré­gnan­tes ? Par le tra­vail des his­to­riens indé­pen­dants, loin des his­toi­res d’États, qu’il s’agisse de la reconnais­sance du « rôle posi­tif de la pré­sence fran­çaise outre-mer, notam­ment en Afrique du Nord » affir­mée en France par la loi du 23 février 2005 (dis­po­si­tion heu­reu­se­ment abro­gée) ou du dis­cours offi­ciel algé­rien stig­ma­ti­sant la « poli­ti­que géno­ci­daire de la France en Algérie ».

Telle est la convic­tion qui a animé les orga­ni­sa­teurs du col­lo­que orga­nisé à l’Ecole nor­male supé­rieure let­tres et scien­ces humai­nes en juin 2006 : « Pour une his­toire cri­ti­que et citoyenne au-delà des pres­sions offi­ciel­les et des lob­bies de mémoire : le cas de l’his­toire franco-algé­rienne. » Ce livre res­ti­tue, pour les non-spé­cia­lis­tes, une syn­thèse acces­si­ble des quel­que soixante-quinze com­mu­ni­ca­tions à ce col­lo­que d’his­to­riens fran­çais, algé­riens et d’autres pays.

On y décou­vrira la for­mi­da­ble richesse des savoirs accu­mu­lés depuis des décen­nies, mais sur­tout dans les der­niè­res années, sur l’his­toire de l’Algérie colo­niale, dans toutes ses dimen­sions : poli­ti­ques et socia­les, économiques et mili­tai­res, cultu­rel­les et reli­gieu­ses. En bref, une remar­qua­ble défense et illus­tra­tion du métier d’his­to­rien, de l’auto­no­mie des cher­cheurs et des ensei­gnants, en même temps que de la fonc­tion sociale et éducative de l’his­to­rien.

- Lire la pré­sen­ta­tion de l’ouvrage La France et l’Algérie : leçons d’his­toire. De l’école en situa­tion colo­niale à l’ensei­gne­ment du fait colo­nial - Sous la direc­tion de Frédéric Abécassis, Gilles Boyer, Benoît Falaize, Gilbert Meynier et Michelle Zancarini-Fournel, Institut National de Recherche Pédagogique, Collection Education, Histoire, Mémoire, Lyon 2007.

Fruit d’une partie des réflexions enga­gées à l’occa­sion du col­lo­que orga­nisé par l’ENS LSH en juin 2006, cet ouvrage entend faire l’état des tra­vaux sur les ques­tions sco­lai­res au coeur de l’his­toire des rela­tions franco-algé­rien­nes de 1830 à nos jours.